Nos sources d’inspiration

L’Approche Centrée sur la Personne

Notre équipe est formée à cette approche développée à partir des années 1940 par le psychologue américain Carl Rogers (1902-1987), auteur entre autres des ouvrages Le Développement de la Personne et Liberté pour apprendre. Nous avons également intégré à notre approche le développement apporté par sa fille Natalie Rogers (1929-) autour de l’expression créative multimodale et du changement social.

Les deux questions que nous nous posons dans le cadre de cette approche sont les suivantes :

“De quoi cette personne a-t-elle besoin ?”

ainsi que

“De quelle manière vais-je pouvoir me mettre à son service ?”

Nous sommes tou-te-s différent-e-s, n’est-ce pas ? C’est ce que nous pensons en tout cas à L’École de la Croisée des Chemins.

Nous cherchons donc à nous adapter à la personne, de manière créative, dans le but de respecter son unicité, son potentiel, sa personnalité et ses aptitudes, dans le respect de ses choix, de ses initiatives et de ses rythmes propres.

Nous reconnaissons deux besoins fondamentaux chez la personne, en particulier chez l’enfant :

* Le besoin de sécurité psychologique pour s’impliquer totalement dans sa recherche de connaissance : voir ses besoins physiologiques satisfaits, être reconnu et respecté, considéré comme une personne à part entière.

* Le besoin de liberté psychologique : la caractéristique de notre projet est de permettre aux personnes d’explorer librement leurs propres objectifs, besoins, sentiments et idées, d’être tout simplement elles-mêmes en relation aux autres et au monde.

L’équipe travaille donc à créer et faire vivre cette ambiance facilitatrice en proposant un cadre propice aux expérimentations de chacun-e au sein du groupe, et en particulier à témoigner de trois attitudes fondamentales définies par Carl Rogers comme ”nécessaires et suffisantes” au processus de croissance de la personne :

La congruence

La présence à soi-même permet un lien particulier à l’autre, un lien de personne à personne et non un rapport codifié par des normes extérieures : le professeur devrait se comporter comme ceci, l’enfant comme cela… Au contraire, il est possible ici de laisser sa panoplie au vestiaire et d’oser, à son rythme, la rencontre avec soi-même et avec l’autre – dans la conscience de ses ressources et limites personnelles, de celles de l’enfant et de celles de la société de référence

En pratique : à l’école de La Croisée des Chemins, chacun-e est le-la bienvenue tel-le qu’il-elle est, tel-le qu’il-elle se sent… nous considérons que la personne est en perpétuel mouvement, en perpétuel devenir, a droit à l’erreur, chemine, cherche, et a besoin pour cela d’être encouragée par la chaleur humaine des personnes qui l’entourent.

La considération positive inconditionnelle

Signifie la reconnaissance de l’infinie valeur de chaque personne, la confiance en ses ressources propres, en sa capacité à avancer dans la vie de manière autodéterminée, l’estime, la mise en valeur de l’unicité et des talents de chacun-e.

En pratique : à l’école de La Croisée des Chemins, nous reconnaissons le potentiel infini qui bouillonne en chaque enfant et lui faisons confiance dans sa capacité à actualiser ce potentiel d’une manière créative, positive pour lui-elle-même et constructive pour la communauté. Les personnes sont accompagnées dans le respect à respecter les lois de l’école : les comportements sont ici distingués des enfants qui en sont les auteurs.

L’empathie

Ou la capacité de prendre connaissance du monde de l’autre comme si l’on pouvait le voir par ses yeux.

En pratique : à l’école de La Croisée des Chemins, nous tentons de comprendre la réalité de chaque enfant telle qu’il-elle la vit. Nous cherchons à saisir ce qui l’anime, le-la motive, le-la met en joie et à l’accompagner tant sur le plan de l’apprentissage intellectuel que sur le plan de ses émotions, même les plus pénibles, ainsi que sur le plan du développement des aptitudes physiques et motrices.

Cette qualité de présence que nous avons pour vocation d’offrir permet un climat de sécurité et de liberté propices à un apprentissage serein. Les interactions peuvent être parfois confrontantes, comme dans tout cheminement de groupe… notre intention est en tout cas d’accueillir chacun-e avec respect et de faciliter les interactions sans jugement ou parti pris d’aucune sorte.

La Communication Non-Violente

Notre équipe travaille sur la communication à partir des bases posées par Marshall Rosenberg, psychologue américain né en 1934.

“La Communication NonViolente (CNV), de Marshall Rosenberg, apporte une compréhension de notre fonctionnement en tant qu’être humain et de ce qui favorise notre épanouissement personnel et collectif. Ce n’est pas simplement une manière de communiquer, ni une réponse à la violence, qu’elle soit physique ou verbale. La CNV nous propose de considérer que nous sommes tous des êtres vivants, avec des besoins communs : physiologiques (manger, boire, dormir…), relationnels (expression, attention, écoute…), d’estime et de réalisation de soi, et de grandes aspirations (beauté, harmonie, paix).

La vie collective avec la CNV correspond à la prise en compte des besoins de chacun-e pour qu’il/elle soit pleinement épanoui-e. Avec la compréhension que nos émotions nous indiquent si nos besoins sont satisfaits ou non, et que nos comportements, quels qu’ils soient, sont des moyens de prendre soin de la vie en nous, elle amène à un changement de regard sur les comportements et à développer une écoute empathique de chacun.

Elle propose un processus de communication qui permet de vivre cette conscience dans nos relations au quotidien. Dans une situation de conflit, elle permet la prise en compte des différents besoins, les siens et ceux de l’autre. Cela enrichit les relations en général, et est vraiment un outil précieux dans le domaine de l’éducation.”

Propos de Catherine Schmider, formatrice en CNV, tiré de l’article : Histoire de Colibri : Catherine, ou la CNV à l’école.

Pour en savoir plus : “La CNV, qu’est-ce que c’est ?”

La compréhension des besoins des enfants

Nous nous inspirons des contributions de :

  • Françoise Dolto (1908-1988), pédiatre et psychanalyste française de renom.
  • Alice Miller (1923-2010), docteur en philosophie, en psychologie et en sociologie d’origine allemande. Auteure du best-seller “C’est pour ton bien – Racines de la violence dans l’éducation”.
  • Virginia Axline (1911-1988), psychologue et psychothérapeute américaine pionnière de la thérapie par le jeu, auteure de “Dibs – Développement de la personnalité grâce à la thérapie par le jeu”, ouvrage que nous vous recommandons vivement.

L’approche des Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs

Ils forment ”un mouvement pédagogique d’une richesse et d’une efficacité qui surprennent ceux qui le découvrent. Sa philosophie, son bilan, ses actions en cours et ses projets sont inscrits depuis l’origine dans la perspective d’une conception ouverte, globale, moderne, démocratique, profondément humaniste. Pour les animateurs des RERS, tout humain possède des savoirs et peut les partager. Tout être humain, enfant, jeune ou adulte a la capacité d’apprendre et de partager. La reconnaissance de ces savoirs est une forme de respect de l’autre, une condition pour progresser et s’épanouir.” Extrait d’un article de Pierre Frackowiak paru sur Éducavox le 4/09/13.

L’expérience du Forum Ouvert : de nombreuses réunions sont organisées dans le monde entier sur ce modèle dynamique et stimulant. Nous souhaitons également intégrer cette pratique à notre fonctionnement.

Le travail artistique d’Anna Halprin (1920-), danseuse et chorégraphe californienne, qui a fait des mouvements de sa vie une œuvre dansée.

L’engagement de Vandana Shiva, écologiste, écrivaine et féministe indienne qui dirige la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles. Vandana Shiva a reçu le Prix Nobel alternatif en 1993 et celui des mouvements écologistes internationaux : le respect de l’autre trouve son prolongement dans le respect de l’environnement. Nous voulons vivre de sorte que les générations futures puissent vivre une vie heureuse et épanouie. Le développement des projets humains dans la prise en compte des limites de l’environnement terrestre est une attitude qui détermine notre façon de penser et d’agir à l’école. La question interculturelle et celle du droit font partie intégrante de notre approche.

L’économie sociale et solidaire : l’économie sociale et solidaire place l’homme au cœur de ses préoccupations, met en œuvre les principes de solidarité, de mutualité et de responsabilité et s’organise démocratiquement.

Les acteurs de l’économie sociale et solidaire ont établi depuis plus d’un siècle des règles du jeu originales ; ainsi les structures concernées par cette démarche :

  • rassemblent des personnes motivées par la mise en œuvre d’un projet,
  • concilient objectifs d’intérêt collectif et activités économiques,
  • intègrent dans leur organisation et dans leur fonctionnement démocratie, innovation et développement durable.

L’association est notamment cliente :

  • de la Nef, Société coopérative de finances solidaires.
  • d’Énercoop, Fournisseur d’électricité renouvelable.
  • de la MAIF, mutuelle d’assurance.