Gouvernance

L’association est gérée selon les principes de la sociocratie, dans le but de permettre aux étudiant-e-s, dans le cadre de leur vie à l’école, de vivre le développement d’une démocratie pleinement participative.

L’utilisation de la méthode sociocratique nous permet de vivre, dans notre organisation collective, la démarche d’apprentissage que nous proposons aux enfants et aux jeunes :

  • une organisation qui concilie les besoins des personnes, ceux de l’association, et ceux de la société et de l’environnement,
  • une organisation permettant à chacun d’être lui-même, c’est-à-dire unique, et de développer ses talents au service d’un projet commun,
  • une organisation où les différences de compétences et de responsabilités se conjuguent dans des relations d’équivalence.

Ces intentions généreuses ne sont pas vouées à s’échouer contre le « réalisme », contre « l’obligation d’efficacité » ou contre « la nature humaine ». Elles sont réalisées depuis les années 1970 dans des organisations de toutes sortes, en particulier aux Pays-Bas : cette méthode y a été initialement expérimentée et validée dans l’entreprise d’électronique alors dirigée par Gérard Endenburg.

Utiliser la méthode sociocratique au sein de notre association est même un retour aux sources ! En effet, les recherches de G. Endenburg n’avaient qu’un but : faire vivre l’entreprise familiale, avec ses contraintes économiques, tout en y instaurant ce climat de liberté qu’il avait tant apprécié pendant toute sa scolarité à l’école Werkplaats Community School fondée par Kees Boeke (1884-1966). Ce pédagogue visionnaire a publié en 1945 un ouvrage intitulé « La sociocratie : la démocratie telle qu’elle devrait être ». Dans son école, 3 à 400 personnes pratiquaient l’auto-organisation des activités sans passer par la règle classique de décision à la majorité.

Pour transposer cette approche, G. Endenburg a mis en lumière et formalisé les conditions de ce fonctionnement social. Il s’est basé sur les principes qui régissent les systèmes vivants, et plus largement les systèmes auto-régulés. Dans un simple chauffage à thermostat par exemple, il existe :

  1. une commande avec laquelle on fixe la température à atteindre,
  2. un organe de chauffe,
  3. une sonde mesurant la température obtenue.

Il s’agit donc de mettre en place une architecture sociale articulant de façon dynamique 3 fonctions :

  • l’orientation, c’est-à-dire décider de ce que nous voulons faire ensemble,
  • l’opération, c’est-à-dire s’organiser pour le mettre en œuvre avec succès,
  • la mesure, c’est-à-dire savoir ce que nous obtenons dans la réalité, pour le comparer avec l’orientation de départ et ainsi ajuster…

Concrètement, l’approche sociocratique apporte tout un outillage que nous avons utilisé dès la phase de construction du projet, au fur et à mesure des besoins, pour :

  • animer les réunions, en s’appuyant sur l’intelligence collective,
  • poser des bases communes en termes de finalités et buts de l’association, conception d’une structure opérationnelle, partage du pouvoir de décision (rédactions des statuts)
  • accompagner le développement de l’association de façon à la fois vivante et méthodique.

Nous sommes en lien étroit avec le Centre Français de Sociocratie.
En savoir plus : www.sociocratie-france.fr